Un groupe coopérateur engagé dans la recherche sur le lymphome

Les études biologiques

Un des rôles important du LYSA est de faire des études sur la biologie des lymphomes. Ces études n’apportent habituellement pas de bénéfice direct au patient qui y participe.

Elles permettent :

  • De mieux comprendre la maladie et le mode d’action des traitements
  • De rechercher des facteurs qui différencient les maladies qui guérissent de celles qui rechutent ou résistent aux traitements (facteurs pronostiques)
  • De rechercher des cibles pour d’éventuels nouveaux médicaments

On peut distinguer les études sur le ganglion malade, les études sur le sérum et les études sur le patrimoine génétique.

 

LES ETUDES SUR LE GANGLION MALADE

Les plus anciennes sont les études anatomo-pathologiques (étude du ganglion au microscope) qui ont permis de classer les lymphomes de manière de plus en plus précise. Elles ont abouti à la classification actuelle, élément indispensable au traitement, mais se poursuivent en permanence. On peut en rapprocher les études en immunohistochimie (études à l’aide d’anticorps de certaines protéines exprimées par les cellules) qui recherchent des facteurs caractéristiques de certains lymphomes ou qui influencent l’évolution de la maladie. De nouvelles techniques vont permettre de faire ces études sur de très petits échantillons et donc d’augmenter le nombre d’anticorps testé par tumeur.

Les études sur les anomalies génétiques rencontrées dans les cellules malades sont très importantes :

 

Cytogénétique (Etude des chromosomes)

Comme beaucoup de cellules tumorales, les cellules de lymphomes comportent des anomalies des chromosomes. Celles-ci touchent uniquement ces cellules et sont caractéristiques de certains types de lymphome, par exemple :

  • La translocation 14 ;18 comporte un échange anormal de matériel chromosomique entre le chromosome 14 et le chromosome 18. Cette translocation est caractéristique des lymphomes folliculaires
  • La translocation 8 ;14 comporte un échange anormal de matériel chromosomique entre le chromosome 8 et le chromosome 14. Cette translocation est caractéristique des lymphomes de Burkitt
  • Une anomalie du bras long du chromosome 3 est souvent rencontrée dans les lymphomes B à grandes cellules

La connaissance de ces anomalies chromosomiques permet d’aider à préciser le type de lymphome dont est atteint le malade.

Anomalies géniques

Ces anomalies des chromosomes correspondent toutes à des anomalies des gènes de la cellule du lymphome. Ces anomalies géniques peuvent être étudiées par les techniques de biologie moléculaire. Elles permettent parfois de comprendre le mécanisme d’apparition du lymphome. On peut retrouver ainsi :

  • Un dérèglement du gène BCL-2, correspondant à la translocation 14 ;18, dans les lymphomes folliculaires
  • Un dérèglement du gène MYC, correspondant à la translocation 8 ;14, dans les lymphomes de Burkitt
  • Un dérèglement du gène BCL-6, situé sur le bras long du chromosome 3, dans les lymphomes B à grandes cellules

La connaissance de ces anomalies permet aussi de mieux caractériser le lymphome. De plus, elle permet parfois de suivre la maladie après le traitement, car des techniques très sensibles permettent de rechercher un nombre faible de cellules lymphomateuses, c’est ce que l’on appelle la détection de la maladie résiduelle.

 schema-translocationPhoto et schéma d’une translocation 14 ;18

Etude de l’expression des gènes

Connaître quels sont les gènes exprimés dans une tumeur permet de mieux la caractériser, de rechercher ceux qui peuvent influer sur la réponse au traitement et la gravité et peut-être, à terme, de repérer des cibles pour de nouveaux traitements.

Les puces à ADN ou micro-arrays sont des outils permettant d’étudier à la fois l’expression de plusieurs milliers de gènes. Les recherches dans ce domaine tendent à établir une véritable carte d’identité des tumeurs.

exemple-puce-adn
Exemple de puce à ADN.
Emprunté à M.A.Shipp Nature Medicine 2002 ;8 :68-74

LES ETUDES SUR LE SERUM

Le dosage de certaines substances dans le sang peut témoigner de l’importance de la tumeur, de son agressivité ou de la réaction de l’organisme à cette tumeur. De nombreuses études proposent de doser ces substances et de corréler leur taux à l’évolution de la maladie.

LES ETUDES SUR LE PATRIMOINE GENETIQUE

Ces études portent sur les gènes des cellules normales du patient et non pas sur les cellules tumorales. Elles visent à identifier des anomalies des gènes pouvant prédisposer à l’apparition d’un lymphome ou influençant son comportement ou sa réponse au traitement. Ces dernières études pourraient déboucher sur la personnalisation des traitements de lymphome.

LYSA’s Missions

Learn more
lymphome

What is Lymphoma?

Learn more

LYSA Research

Learn more

Take Part in a Clinical Trial

Learn more

The LYSA's Centers

Learn more

Support Research

Learn more