Un groupe cooperateur engagé dans la recherche sur le lymphome

Lymphomes d’Hodgkin

Etat de l’art : les formes localisées

Dans le lymphome hodgkinien (LH) localisé, le traitement de référence est une combinaison de chimiothérapie courte suivie d’une radiothérapie. En effet, l’utilisation d’une radiothérapie exclusive donne des résultats inférieurs, tant en termes de survie sans maladie que de survie globale, ce qui a été démontré, entre autres, par l’essai H8 de GELA/EORTC. Différents types de chimiothérapies ont été utilisés pour les formes localisées tels que ABVD, MOP/ABV, EBVP, EBVM ou BEACOPP. L’étude MH90 du GOELAMS a montré que l’ABVD est supérieur à l’EBVM que ce soit en termes de rémission complète, de survie sans progression et de survie sans événement. Dans l’étude H9, GELA/EORTC ont comparé le MOP/ABV au BEACOPP standard dans les maladies localisées avec pronostic défavorable sans montrer de bénéfice pour cette chimiothérapie plus intensive. Pour ces mêmes malades de pronostic défavorable, mais aussi pour des stades étendus, le GOELAMS a exploré l’administration d’une chimiothérapie à sept cytotoxiques suivie de radiothérapie sans démontrer un avantage de quatre cycles versus trois cycles. Au total, la chimiothérapie de référence actuelle dans les LH localisés est l’ABVD à raison de 2-4 cycles dans les maladies localisées.
Concernant l’irradiation, la radiothérapie étendue de type STNI (Sub Total Nodal Irradiation) a été progressivement abandonnée au profit de la radiothérapie localisée de type IF (Involved Field) notamment sur la base des résultats de l’essai H8. Comme le démontrent les études du GELA et du GOELAMS, la toxicité tardive, le plus souvent liée à la radiothérapie, reste une préoccupation importante chez ces malades et la réduction de la dose de radiothérapie à 20 Gy, voire son abandon, ont été explorées dans les études suivantes. Dans l’étude H9 de GELA/EORTC pour les formes favorables localisées, les malades en rémission après chimiothérapie ont été randomisés entre 36 Gy, 20 Gy et pas de radiothérapie. Le bras sans radiothérapie a dû être interrompu et le bras 20 Gy montre des résultats équivalents à 36 Gy. La radiothérapie à 20 Gy est également explorée dans l’essai MH97 (Petite Masse) du GOELAMS.
Plus récemment, les deux groupes ont testé une hypothèse d’omission de la radiothérapie chez les malades qui avaient une TEP-FDG négative après deux cycles d’ABVD. L’analyse intermédiaire de l’essai H10 du GELA a montré que les rechutes étaient plus nombreuses chez les malades TEP négatif ne recevant pas de radiothérapie à la fois dans les groupes favorables et défavorables. Le bras sans radiothérapie a été interrompu. De même, dans le groupe favorable de l’essai LH2007 du GOELAMS, le bras expérimental ne recevant pas de radiothérapie après une TEP2 négative a été interrompu en raison d’un excès de rechutes.
Actuellement, l’essai LH2007 du GOELAMS reste ouvert pour le groupe intermédiaire. Il compare un bras standard (ABVD et radiothérapie) à une approche sans radiothérapie pour les malades dont la TEP est négative après deux cures de chimiothérapie. Dans les essais futurs du LYSA, nous évaluerons l’apport de brentuximab vedotin en première ligne de traitement dans des essais de phase II.

 

Etat de l’art : formes étendues

Depuis la publication de Canellos et coll., l’ABVD est un traitement de référence dans les LH étendus. Les malades mis en rémission ne bénéficient pas d’une radiothérapie complémentaire. Toutefois, l’ABVD a été comparé à des approches plus intensives de chimiothérapie conventionnelle (BEACOPPesc) ou intensives avec autogreffe de cellules souches hématopoïétiques (GOELAMs : MH97 grosses masses). L’essai H3-4 du GELA a comparé l’ABVD (huit cures) a quatre cures de BEACOPPesc et quatre cures de BEACOPP. L’analyse de cette étude pour les malades avec un index pronostic élevé (3-7) a montré un avantage pour le BEACOPPesc en DFS, mais il n’y a pas de différence en termes d’EFS et de survie globale. L’analyse de cette étude pour les malades avec un index pronostic élevé (3-7) a montré un avantage pour le BEACOPPesc en DFS, mais il n’y a pas de différence en termes d’EFS et de survie globale.

 

BRAPP2

  • Type d’essai : Phase II multicentrique, non comparative
  • Nombre de patients attendus : 40
  • Principaux critères d’inclusion
      • Lymphome Hodgkinien CD30+ confirmé histologiquement 2
      • Stade Ann Arbor I ou II supra diaphragmatique (patient favorable (F) et défavorable (U) selon les facteurs de pronostic clinique EORTC/LYSA)
      • FDG-TEP / scanner non injecté obligatoire au diagnostic
      • Patients traités en première ligne avec ABVD et TEP positive après 2 cycles (score de Deauville 4&5) et sans maladie progressive
      • Indice de performance ECOG ≤ 2
      • Espérance de vie de plus de 6 mois 8, patients âgés de 18 à 65 ans
  • Objectif principal : évaluer la survie sans progression à 2 ans
  • Schéma de l’étude :
     BRAPP2StudyFlowChart

 

BREACH

    • Type d’essai : Phase II multicentrique, international
    • Nombre de patients attendus : 170
    • Principaux critères d’inclusion
        • Lymphome Hodgkinien CD30+ confirmé histologiquement selon évaluation locale
        • Stade Ann Arbor I ou II supradiaphragmatique
        • TEP scan non injecté, au diagnostic, disponible pour une revue centralisée, avec au moins une lésion hypermétabolique
        • Caractéristiques défavorables selon les facteurs classiques de pronostic clinique EORTC/LYSA. Présence d’au moins un des critères de pronostic défavorable :
          • ≥ 4 zones nodales
          • âge ≥ 50 ans
          • M/T ratio ≥ 0.35
          • ESR ≥ 50 (sans symptômes B) ou ESR ≥ 30 avec symptômes B
        • Indice de performance ECOG ≤ 2
        • Espérance de vie d’au moins 6 mois
        • Patients âgés entre 18 et 60 ans
        • Valeurs biologiques de baseline requises :
          • Neutrophiles ≥ 1 500/ µL
          • Plaquettes ≥ 75 000/ µL
          • Hémoglobine ≥ 8 g/dL
          • Bilirubine totale ≤ 1.5 X ULN sauf si l’élévation est due au syndrome de Gilbert
          • Créatinine sérique ≤ 2.0 mg/dL et/ou Clairance de la créatinine calculée > 40 mL/min (formule de Cockroft-Gault ou MDRD)
          • ALAT et ASAT ≤ 3.0 X ULN
    • Objectif principal : augmenter le pourcentage de PET négatif après 2 cycles d’immuno-chimiothérapie
    • Schéma de l’étude :
Breach schema

Breach schema

PVAB

Etude prospective de phase II évaluant la Bendamustine chez des patients âgés de plus de 60 ans atteints d’un lymphome de Hodgkin classique traités par Prednisone, Vinblastine et Doxorubicine.

  • Type d’essai : Phase II multicentrique
  • Nombre de patients attendus : 90
  • Principaux critères d’inclusion
      • Patient présentant un premier diagnostic de lymphome de Hodgkin classique excluant les sous-types à prédominance lymphocytaire de type nodulaire
      • Patient âgé de 61 ans ou plus non antérieurement traité pour le lymphome de Hodgkin
      • Pour les patients âgés de 70 ans et plus, une évaluation mini nutritionnelle (MNA) ≥ 17
      • Espérance de vie minimum de 3 mois
      • Stades Ann Arbor :
        • II avec un rapport médiastin/thorax ≥ 0,33 ou une localisation extra-nodale et avec des symptômes B
        • III
        • IV
      • TEP scan 18-FDG de sélection (TEP0) réalisée avant tout traitement avec au moins une lésion hypermétabolique
      • Statut de performance ECOG 0-2
      • Fonction cardio-pulmonaire adéquate avec LVEF ≥ 50%
      • Fonction rénale adéquate avec clairance de la créatinine ≥ 40 mL/mn (formule MDRD)
      • Tests sérologiques VIH, VBH (négativité anti-HBc, excepté après vaccination) et VCH négatifs ≤ 30 jours avant l’inclusion
  • Objectif principal : Taux de Réponse Métabolique Complète (CMR) en fin de traitement
  • Schéma de l’étude :

PVAB

BRAVE

  • Type d’essai : Phase II
  • Nombre de patients attendus : 50
  • Principaux critères d’inclusion
      • Patients âgés ≥ 18 ans

 

BV-ICE

Etude de phase I/II sur le Brentuximab Vedotin sur les lymphome de Hodgkin en rechutes sur les patients traité par chimiothérapie en deuxième ligne et éligible à la greffe
  • Type d’essai : Phase I et II multicentrique en France et en Belgique
  • Nombre de patients attendus : 15 patients en phase I, au maximum 40 patients en phase II
  • Principaux critères d’inclusion
      • Patients âgés ≥ 18 ans

Les missions du LYSA

En savoir +
lymphome

Qu'est ce qu'un lymphome ?

En savoir +

Les recherches du LYSA

En savoir +

Participer à des essais cliniques

En savoir +

Les centres du LYSA

En savoir +

Aider la recherche

En savoir +